17 mars 2017

Être commercial, c'est indispensable - Anaël Verdier



Etre commercial c'est l'un des traits nécessaires de tout auteur qui veut donner leur chance à ses textes. Être commercial, ce n'est pas penser à l'argent, c'est être délibéré dans sa manière de parler de son écriture, c'est faire en sorte que les gens lisent les textes, c'est devenir l'entremetteur entre l'histoire et le lecteur.

Jeudi dernier j'étais à la soirée des trois ans de Book n' series, le site de mon amie Laure Lapègue, et j'ai pu voir les auteurs se débattre avec cette nécessité de présenter leur travail aux lecteurs, avec le besoin de pitcher, en public, leurs livres, en parler, les faire exister.

Et c'est difficile. Tous prennent le micro avec les mains moites et la voix tremblante, le regard perdu dans le vide ou fixé sur la couverture de leur livre ou en train de balayer la salle en boucle.

En écoutant, je me disais: il faut entraîner les auteurs à cet exercice.

Et surtout il faut déculpabiliser ce qui passe souvent comme un passage obligé et désagréable, que ce soit en public comme jeudi ou sur un blog, ou sur une page de réseau social.

Jeudi soir j'étais là aussi pour rencontrer des auteurs et présenter mon travail de coach. A l'aise, décontracté, ouvert, tranquille. Être commercial ce n'est pas se changer en caricature de vendeur d'assurances, pas plus que cela ne demande de trahir son art. C'est même l'inverse.

Derrière ces craintes se cache une grande vulnérabilité, celle de se confronter au regard de l'autre, de faire un pas sur le devant de la scène et de dire: "Regardez, j'ai fait ça", avec tout ce que cela implique d'outrecuidance (perçue), de courage (réel) et de spontanéité stratégique (paradoxale). 

Cette fondation est la sixième des sept fondations de l'écriture

A l'opposé des croyances habituelles, être commercial c'est mettre de côté votre ego pour mieux servir votre oeuvre, pour permettre à votre livre de trouver ses lecteurs.

Être commercial c'est offrir à vos livres l'opportunité de vivre dans l'imaginaire de quelqu'un d'autre, c'est transmettre votre vérité émotionnelle, vos idées, votre version de la réalité à une autre personne. Quand vous imaginez votre histoire amuser, émouvoir, effrayer, détendre… quelqu'un, quand vous repensez à toutes les émotions que vous avez vécues en l'écrivant qui font à présent partie de la réalité de votre lecteur, que se passe-t-il ?

Oubliez vos doutes et vos craintes, toute la partie où vous vous dites "je ne suis pas assez bon, mon histoire n'intéresse personne", et tout le reste. Passez directement à la phase suivante. Que se passe-t-il quand ce livre dans lequel vous avez mis votre coeur et vos tripes touche en plein coeur un autre être humain ?

N'est-ce pas là le but de l'écriture ?

Un livre qui reste dans votre tiroir est un livre mort. Alors pourquoi une telle réticence à  partager le vôtre ?

Sûrement en partie parce que vous pensez que ça peut ne pas marcher. Et c'est vrai. La grande majorité des gens resteront indifférents à ce que vous écrirez. C'est d'ailleurs très bien, parce que vous n'écrivez pas pour la grande majorité des gens.

 Vous écrivez pour vos lecteurs (même si vous n'en avez pas encore, même si vous ne savez pas encore qui ils sont), une petite poignée de personnes triées sur le volet, que vos récits sont à même de toucher au point, pour certains, de transformer leur vie.

Être commercial c'est indispensable pour un auteur. C'est le seul moyen dont vous disposez pour identifier vos lecteurs afin de leur dire que vous écrivez pour eux.

Être commercial, c'est avoir un blog et y développer votre identité d'auteur constamment, même quand vous n'avez pas d'actualité, même quand vous n'êtes pas sûr de qui vous êtes.
C'est être sur les réseaux sociaux, en tant qu'auteur, pour diriger les lecteurs vers votre blog, interagir avec eux, permettre à votre activité d'exister.

Être commercial c'est refuser de sacrifier votre écriture aux sirènes de la satisfaction de masse et leur préférer le prix de l'authenticité: moins de lecteurs peut-être mais des lecteurs plus fidèles, plus heureux de vous lire, qui attendent de vous que vous écriviez à partir de ce que vous êtes.

C'est être capable, comme Lily, de dire: "Je ne pense pas que ça vous plaira" à une acheteuse potentielle de votre livre parce que clairement, ce n'est pas à elle que vous vous adressez.

La plupart d'entre nous apprenons à exister dans l'ombre, à attendre la permission avant d'élever la voix, sans faire trop de vagues. Et souvent nous écrivons comme l'on s'exprime dans le silence, en restant discret. Et puis quoi ? Il faudrait que vous entriez dans la lumière ? Que vous disiez: "Hey! J'ai écrit ça" ? Que vous ajoutiez: "Lisez-le, je l'ai écrit pour vous" ?

Aaaaaaaaïïïïïïïïïïeeeee !

Je vous vois devant l'assemblée, tremblant, le regard fuyant, en train de forcer les mots hors de votre gorge pour expliquer timidement de quoi parle ce livre (depuis quand est-il aussi lourd ?) que vous tenez à deux mains.

C'est douloureux d'être là. Vous vouliez seulement écrire et maintenant il faut vous vendre. Mais ce n'est pas vous vendre le problème, c'est vous montrer. Parce que vous montrer c'est risquer le rejet.

Être commercial, cela s'apprend. Savoir pitcher, savoir regarder les gens dans les yeux, savoir entendre l'indifférence ou le non, ou le oui! (parfois plus difficile) quand vous proposez aux gens de livre votre livre.

Paradoxalement, être commercial, cela commence par apprendre à distinguer vos lecteurs du reste du monde et à apprendre à dire "pas pour vous" à tous ceux pour qui ça n'est pas, justement.

Et de le faire en douceur, par le contenu et la forme des discours que vous diffusez sur votre plateforme et dans vos livres, en toute congruence.

Pour tout ça je vous donne une méthode claire, pragmatique, dans le sixième module de ma formation sur les sept fondations de l'écriture. Cette formation n'est pas pour vous si vous n'êtes pas curieux de découvrir jusqu'où vos livres pourraient vous emporter, vous et vos (futurs) lecteurs.


Anaël "exclure pour mieux inclure" Verdier


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MERCI pour votre visite !