16 avril 2017

Le Temps de la Colombe - Louise-Marie Frenette


Au cours d’un long séjour dans la taïga québécoise, un jeune métis amérindien apprend le pouvoir de pardonner et d’aimer. Il accepte de vivre pendant un certain temps « sous l’aile du Corbeau », dans le noir des sentiments créé par l’absence d’Iléna, une jeune fille mystérieuse qui apparaît et disparaît dans sa vie.
Au cœur de sa famille zoara qu’il apprend à connaître, Jean-Marie découvre l’antique sagesse amérindienne en même temps qu’une philosophie universelle de la vie. Ses efforts pour pardonner à son grand-père, les péripéties de son apprentissage en forêt boréale, les leçons d’un vieux sage, l’amitié et l’humour, l’amour enfin, tisseront une initiation au style de vie de ses frères de race.
Dans un deuxième temps, le jeune homme poursuit sa quête de soi dans les Prairies auprès de l’autre branche familiale. Dans la lumière éclatante et la chaleur de l’été manitobain, il vivra « sous l’aile de la Colombe », travaillant sur ses forces personnelles et la maîtrise de soi. Iléna, cette autre partie de lui-même, miroir d’une âme toujours présente et jamais saisie, reviendra enfin pour lui révéler la vraie nature de leur relation.
Un roman initiatique et humaniste.

Notes :

- La colombe est un signe de Paix et d'Amour. Le corbeau amène à la colombe. Ces deux principes essentiels sont liés de très près. Chez les indiens d'Amérique du nord, le corbeau est le messager de l'inconnu qui se situe au-delà du temps et de l'espace. Le corbeau a volé la lumière du ciel pour la donner au monde qui était obscur. Le corbeau règne sur les périodes obscures de nos vies mais il apportera toujours la lumière, c'est son rôle. La mission du corbeau est de nous aider à changer d'état de conscience et ce changement se fait obligatoirement dans le noir avant de déboucher dans la lumière, comme pour les graines dans la nature. 
Le corbeau et la colombe, le noir et le blanc, sont nécessaires tous les deux. Les graines qui tombent au sol à l'automne doivent passer l'hiver dans l'obscurité et le froid. C'est le temps du corbeau. Ensuite, quand la lumière revient, avec la chaleur, les graines gonflent et se mettent à pousser. C'est le temps de la colombe.

- La colère. Quand tu sens venir la colère, exerce-toi à monter au point le plus élevé de ta conscience, là où est l'harmonie. Restes-y un peu. C'est dans cet endroit là que tu trouveras le calme, que tu apprendras à contrôler tes émotions. Et lorsque tu seras confronté à un événement qui te fera bouillir de rage, tu seras déjà un peu entrainer à te maitriser.

- Le lynx détecte tout, spécialement les faussetés et les mensonges.

- La colombe c'est la vie, c'est l'amour. C'est la lumière, le rayonnement, le mouvement chaleureux vers l'extérieur, les ailes blanches qui s'ouvrent, les bras qui se tendent vers les autres. Après avoir retrouvé les exigences de toi-même dans les exigences du froid et de l'obscurité, tu iras vers la lumière. Il faut toute une vie pour apprendre le dosage du froid et de la chaleur. Après avoir lancé le changement de programme de la conscience, il faut entreprendre le travail de la colombe, mais attention, tout en continuant celui du corbeau.

- Apprends à accepter les périodes de froid tout en gardant la chaleur de l'Amour, apprends aussi à accepter les périodes de feu intense tout en les contrôlant par le froid de l'intelligence et de la sagesse. Je parle de toutes les pressions qui nous font courir en avant, entre autres, les énergies sexuelles.

- Fais grandir en toi, le potentiel de l'Amour, de la Vérité, de la Justice, de la Sagesse.

- Pendant les périodes difficiles de ta vie, accepte la matière dense, le noir initiatique. De cette façon, tu consolides la puissance du corbeau en toi, les forces qui vont vers le centre, tu rentres alors en toi-même. En transformant la matière, en la spiritualisant dans la lumière, tu permets aux forces de la colombe d'aller vers l'extérieur. Les deux sont nécessaires, il faut apprendre à les contrôler tourtes les deux.

- Le serpent, c'est la force sexuelle en elle-même et il faut en être le maître et non l'esclave. Au moyen de l'humilité mais aussi en utilisant le froid de la réflexion devant trop de chaleur passionnelle, et la chaleur de l'Amour devant le découragement, la dépression, l'égoïsme ou les rancunes.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MERCI pour votre visite !