25 juin 2017

Des pas sur la page - L'écriture comme chemin - Marité Villeneuve


Qu’est-ce qui nous pousse à écrire? Est-ce une nécessité? Pourquoi cette activité a-t-elle un effet bénéfique? Y a-t-il des facteurs qui limitent ou favorisent notre créativité? Peut-on se soigner par l’écriture? Transformer le matériau de sa vie en œuvre d’art? Voilà autant de questions auxquelles répond avec ferveur cet essai nourri par la longue pratique de l’auteur dans l’animation d’ateliers de création littéraire.

Quiconque s’intéresse à la lecture et à l’écriture lira avec profit ce livre passionnant qui, tout en révélant les mécanismes en jeu dans l’acte d’écrire, invite à la découverte, au plaisir et à l’étonnement. Pour Marité Villeneuve, être et écrire, créer et se créer, ne renvoient qu’à un seul métier, celui qui permet de tracer d’un même mouvement les lettres et les « pas sur la page », montrant un chemin parsemé d’ombres et de joies.

Notes

- "Écrire, réaliser une œuvre artistique c'est donner forme  à l'ombre que le blessé porte en lui. Un récit, une narration, c'est une reconstruction du passé qui permet de modifier l'émotion et de s'engager différemment (Boris Cyrulnik). Ainsi, l'écriture, la création nous transforme."

- "L'écriture est mon petit monastère. Le lieu où je m'habite. Ma page de désert à traverser pour rencontrer le meilleur de moi. Mais à l'ombre du meilleur sommeille le moins bon, le moins beau, et cela aussi il faut l'accueillir. Comme pour toute activité créatrice l'écriture comporte une part d'avancée dans le noir."

- "Moi aussi j'ai peur. J'ai peur des loups. J'ai peur de la critique et des regards qui tuent.
Écrire, c'est résister. A ce qui tue. A ce qui interdit la vie. Aux empêcheurs de tourner en rond. Si on me surprend en plein acte de résistance, est ce que je ne risque pas ma peau ? Mais si j'arrête, je meurs aussi.

- "Écrire est une activité qui engage l'être tout entier. Une expression humaine ancrée dans un corps d'homme ou de femme désirant. D'homme et de femme en désir de complétude, de totalité. Les tensions engendrées par nos dualités et le besoin de les harmoniser, harmoniser en soi le féminin et le masculin, le pôle passif et le pôle actif, la vie et la mort, le dehors et le dedans, sont un puissant moteur pour la création. Comme s'il y avait un dynamisme interne qui nous poussait à intégrer, à unifier ce qui ne l'est pas, et qui fournit l'énergie pulsionnelle indispensable au travail créateur."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MERCI pour votre visite !