3 juillet 2017

La réalité, ça se change - Anaël Verdier

Main, Écrit, Stylo, Personnes, Auteur

Décider de faire une place à l'écriture exige de mettre une partie de votre vie en chantier. 

Il faudra trouver du temps, le créer, le respecter, l'imposer parfois, aux autres mais surtout à vous. 

Et pourquoi le feriez-vous ? Écrire n'est qu'un rêve un peu flou, un rêve qui n'est pas pour vous, qui est difficile à réaliser, qui n'est pas rentable. Ça ne sert pas à grand chose, d'écrire, à part à satisfaire votre ego. 

Ce que je viens de décrire, c'est un ensemble de croyances, d'a priori, de représentations liées à l'écriture, que l'on appelle un paradigme. 

Les paradigmes sont comme des cadres que vous emportez avec vous où que vous alliez et quoi que vous fassiez. Vos paradigmes définissent ce que vous pouvez ou ne pouvez pas faire parce qu'ils définissent le champ des possibles de votre réalité. 

C'est pourquoi, souvent, en parallèle du travail technique de l'écriture, il est nécessaire d'opérer un changement de paradigmes. La plupart des aspirants auteurs portent en eux un ensemble de croyances qui limitent leur potentiel d'écriture pourtant infini: 
- certaines personnes sont faites pour écrire et pas d'autres 
- il faut être inspiré et l'inspiration vient de l'extérieur, je n'ai pas de contrôle sur elle 
- publier c'est compliqué et écrire ne permet pas de gagner sa vie 
- j'ai besoin de trouver le bon mot et la bonne idée du premier coup 
- si je ne suis pas en train de mettre des mots sur la page, je suis bloqué 
- il faut de longues plages de temps ininterrompu pour écrire un livre 
- il faut avoir fait des recherches extensives sur un sujet avant de pouvoir écrire sur lui 
- si mon texte n'est pas bon du premier coup, je n'y peux rien (et je suis un mauvais auteur) 
... 

Ces règles arbitraires, énoncées comme des vérités universelles sont-elles aidantes ou limitent-elles votre capacité à passer de l'idée au livre ? 

Un paradigme n'est ni bon ni mauvais, il vous aide à vous rapprocher de la vie que vous souhaitez ou vous freine et vous limite. 

C'est vrai de la place que vous faites à l'écriture dans votre vie et c'est vrai pour vos personnages. Lorsque vous les caractérisez, vous définissez leur cadre de référence dans le monde, leur perception de ce qui est possible ou non, de ce qu'ils peuvent atteindre avec facilité et de ce contre quoi ils luttent. 

L'un des paradigmes les plus aidant pour réaliser votre rêve d'écriture, c'est celui-ci : 
- écrire c'est réécrire: j'ai droit à autant de versions de mon texte que nécessaire pour le rendre assez bon 
- chaque fois que je n'atteins pas l'objectif que je m'étais fixé (chaque refus d'un éditeur, chaque scène qui n'a pas l'impact émotionnel que je voudrais lui donner, chaque action de marketing qui n'atteint pas mes lecteurs...) me rapproche de mon objectif et m'offre une opportunité d'apprendre et de progresser 
- l'inspiration, je peux apprendre à la provoquer à volonté (un indice: écrire vient en écrivant, fixez-vous n'importe quelle(s) contrainte(s) arbitraire et observez comment l'inspiration vient facilement) 
- écrire est un artisanat qui peut devenir un art: quand je me mets chaque jour à l'ouvrage, je progresse 
- construire un lectorat c'est facile: je n'ai qu'à parler de mes livres partout où je vais, à les conseiller aux personnes que je rencontre, et à communiquer avec celles qui sont intéressées pour leur parler avec passion de mon écriture. Les blogs, les réseaux sociaux, les salons, les séances de dédicace ne sont que des facilitateurs de cette connexion humaine entre un auteur et ses lecteurs.

Quand vous adoptez ces idées, peu importe qu'elles soient vraies ou non, vous fluidifiez votre écriture et vous autorisez à écrire sans tous ces ralentisseurs qui vous empêchent de donner leur plein essor à vos textes et à votre envie d'écrire. 

Pour que le changement s'opère en vous de façon durable, vous devez adopter ces idées comme des certitudes, leur donner une forte charge émotionnelle, les cultiver et les répandre avec passion, parce que lorsque vous les adoptez comme votre nouveau modèle de représentation, vous changez votre réalité. 

Il n'y a rien de magique là-dedans, c'est simplement que lorsqu'il est évident pour vous d'avoir à réécrire, vous cessez de chercher le mot parfait à chaque fois que vous écrivez. 
Lorsqu'il est "normal" pour vous de devoir communiquer sur votre écriture pour construire votre lectorat, vous le faites sans rechigner. Au contraire vous pouvez prendre du plaisir à la rencontre avec votre lecteur. 
Lorsqu'il est naturel de suivre la maxime écrire-publier-oublier, vous terminez les textes que vous commencez et les publiez avant de commencer le suivant... 

Le paradigme est un outil puissant de l'apprentissage de l'écriture et plus tôt vous prendrez conscience des vôtres plus tôt vous pourrez décider de consolider les parties qui vous aident à réaliser votre rêve d'écriture et de transformer celles qui vous freinent. 

Anaël Verdier
https://ecrire.tv/

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

MERCI pour votre visite !